vendredi 10 juillet 2015

Premières fêtes Vertes et Or à Voiron

Du 22 au 26 juin c'est tenue à Voiron une première édition des Fêtes Vertes et Or, évènement organisé par Chartreuse Diffusion en partenariat avec la ville. Le blog ne fut pas en mesure de s’y rendre, aperçu toutefois de cette première édition.


Le contexte
Ces réjouissances avaient vocation non seulement à célébrer la liqueur dauphinoise mais aussi à rappeler les liens de la Chartreuse avec la ville de Voiron, et ce malgré le départ prochain de la distillerie vers le site d’Aiguenoire. La démarche a vocation à devenir récurrente avec des festivités biennales.
On retrouve bien ici une logique d’animation territoriale et commémorative comme c’est le cas à Tarragone avec la Santa Tecla. La preuve, il y a même une cuvée spéciale de liqueur verte pour l’occasion ! Sur le modèle des chartreuses dédiées au marché espagnol, le visuel des festivités figure en contre étiquette.

Aperçu du programme
Retrouvez la présentation de l’événement sur le nouveau site chartreuse.fr, dont voici des moments forts aux couleurs de la chartreuse :
  • De nombreuses animations en liens avec des établissements la ville (voir la carte)
  • Une exposition sur le thème de Fourvoirie avec des clichés inédits
  • Lors du marché place St Bruno une animation autour des plantes et leurs senteurs
  • Des visites du site de Fourvoirie : "Le Guiers, les ponts, les bâtiments des forges, le sentier de Cote Curt, vue surplombante de la distillerie et circuit autour de la distillerie".
  • Une conférence de Raymond Joffre de l’Académie Delphinale suivie d’échanges sur « Alpinus et le pays voironnais, la Chartreuse ».
  • Une soirée des Chefs aux Caves de la Chartreuse pour déguster des spécialités à base de Chartreuse réalisées par les chefs étoilés de l’Isère

Photo de Laia Díaz Segura via Històries d'una càmera  : grand merci à elle !






Les castellers à Voiron !
Figures emblématiques des festivités catalanes à Tarragone les fameuses pyramides humaines, les castellers, se sont produits à Voiron pour l’occasion. L’association Colla Castellera Sant Père i Sant Pau de Tarragone a fait 6 pyramides différentes,  prestations toujours aussi impressionnantes. Jean qui était sur place nous fait part de son retour :
“Effectivement j'ai parlé un peu en espagnol avec certains mais c'était simplement pour savoir qu'ils étaient une cinquantaine, tous vêtus de vert, venus de la région de Tarragone et que chez eux ils sont plus d'une centaine pour faire les pyramides humaines, que le lendemain samedi ils allaient se produire à nouveau vers la distillerie de la Chartreuse et que successivement, ils allaient monter des pyramides de 2, puis 3, puis 4 niveaux.  C'est ce que nous avons pu voir, accompagné d'une mélodie au fifre et au tambour.
Pour commencer, ils se sont tous religieusement recueillis sur le parvis de la cathédrale de Voiron, puis quelques uns ont monté une simple et  instable colonne à 4 niveaux, qui a descendu les marches puis s'est déplacée d'environ 80m au travers 2 rangées de spectateurs jusqu'à une grande surface ronde réservée près du podium. Les colonnes se sont succédées devant les spectateurs  inquiets et médusés. A la fin de leur représentation, tous les participants se sont congratulés, puis les plus jeunes ont dansé ensemble, danse du foulard et danse en rangs par 2, toujours en musique entraînante.”
 [Merci à Rodolphe et Jean]
 Voir aussi :

mardi 23 juin 2015

Anciennes PLV Chartreuse

Outils promotionnels, les PLV - publicités sur le lieu de vente - se déclinent en deux sortes en ce qui concerne la liqueur des Chartreux. En effet le lieu de vente varie selon qu’on l’achète en bouteille ou pour la consommer sur place. Tantôt utilitaires tantôt décoratives, les plus anciennes avec leur charme vintage sont de vrais objets de collections.

Chez les cavistes
La finalité est de présenter la chartreuse et de la mettre en valeur par rapport aux autres produits.
  • Des bouteilles factices de Chartreuse, par exemple pour les exposer en vitrine. Si cela est encore utilisé de nos jours pour les bouteilles de VEP, la pratique est bien plus ancienne pour la liqueur, voir cet exemplaire des années 1960.


  • Des objets décoratifs, comme par exemple des plaques métalliques aux couleurs de la chartreuse. Leur design évolue avec le temps et la présentation des bouteilles. Il y a aussi un modèle de lampe de chevet montée sur un jéroboam à l’étiquette des années 1960.
 
  • Enfin un produit aussi particulier que l’élixir végétal bénéficie bien entendu de quelques objets lui étant dédiés : porte-étuis, affiche cartonnée, etc.
Au bar
Ici les PLV côtoient les objets promotionnels plus utilitaires : verres, nécessaire à cocktails et autres accessoires. Il s'agit d'être visible auprès du consommateur, pour cela des éléments de décorations, voire des créations plus insolites, vont être utilisés.
  • Des éléments de décoration, des plaques murales mais aussi un support pour afficher le prix des verres de liqueur.

  • Un miroir avec éclairage. Visiblement produit en petite série, cette installation au design retro se branche sur le secteur ce qui illumine l'inscription sur le verre et le pourtour du cadre. "Création "Jendem" - Breveté S.G.D.G. - 75, avenue de la Capelette - Marseille".
 
  • Green Fire, un objet conçu spécifiquement pour la campagne promotionnelle du même nom, sur le marché américain dans les années 1970. Ce présentoir a la spécificité d'être animé. La bouteille posée dessus tourne et un jeu d'éclairage depuis la partie inférieur donne l'impression de flammes. Voilà qui en impose sur le bar, "For men who like to play with fire" !

Voir aussi :

samedi 11 avril 2015

Les 5 ans du blog !

En ce mois d’avril le blog de la chartreuse fête ses cinq ans d’existence. L’occasion de revenir sur le chemin parcouru depuis 2010.

Le blog en quelques articles
2010
2011
2012
2013
2014
2015
  • 5 ans du blog - C'est aujourd’hui !
  • A suivre...
Quelques chiffres
Cinq ans depuis la mise en ligne et le premier article... A ce jour :
Un grand merci !
Merci bien entendu aux lecteurs du blog. Merci aux contributeurs, ceux qui nous contactent par mail pour nous faire part de leurs remarques ou nous envoyer des photos et des informations. Merci également aux personnes rencontrées lors de différents évènements autour de la liqueur des Chartreux.

samedi 14 mars 2015

Vieilles bouteilles de VEP (3)

Suite et fin de cette série d’articles destinés à préciser la datation des bouteilles de VEP.

Courant des années 1980 / début des années 1990 - Pas de mention explicite
Pour cette période nulle année n’est clairement mentionnée sur le produit !
La contre étiquette est par conséquence revue, avec un texte décrivant le produit et la démarche de vieillissement. L'appellation V.E.P. et sa signification y font leur apparition. Sur l'étiquette la police du texte pour les ingrédients change (elle n'est plus cursive).
Bouteille post-1983. En haut à gauche le système d'encoches de datation, en bas à droite aucune indication...
Pour tenter d'affiner la datation, plusieurs cas de figures sont à distinguer. Chronologiquement :
  • Des encoches sur la contre-étiquette. Un système de datation par encoches était utilisé pour les bouteilles de liqueurs jaunes et vertes durant une partie des années 1980. Chartreuse Diffusion disposait d’une carte permettant de les "lire" pour décoder la date de mise en bouteille. (En fait des encoches font leur apparition sur les dernières bouteilles de la précédentes périodes)
  • Des bouteilles sans encoche ni aucune indication de quelque sorte. Pas aisé à dater.
  • A la fin de cette période, mise en œuvre du code xxx pour les VEP (voir photo ci-dessous). En ajoutant 1084, année de fondation de l’ordre des Chartreux, aux 3 chiffres on obtient l’année de mise en bouteille.
La VEP de gauche fut mise en bouteille en 908+1084, soit 1992
1994 / aujourd'hui - Mise en bouteille en...
C’est de nouveau l’année de mise en bouteille qui est mentionnée de façon explicite sur la contre-étiquette et c'est encore le cas aujourd’hui. Au passage la mention "CHARTREUSE V.E.P." fait son apparition sur l'étiquette.
A noter des bouteilles "Dernière mise en bouteille du millénaire" en 1999, de jaunes et de vertes.
Enfin outre les traditionnels formats de VEP en litre et demi-litre, existent des flacons de 20cl (dont la bouteille a récemment été modifiée) et des jéroboams (3L).

 
Voir aussi :

dimanche 1 mars 2015

Vieilles bouteilles de VEP (2)

Si de nos jours (et de 1963 à 1975) l’année de mise en bouteille est précisée sur les V.E.P., il n’en a pas toujours été de même...

1975 / env. mi-1980’s - Mise en vieillissement dans nos foudres de chêne en l'an...
Changement non négligeable, on qualifie durant cette période les VEP selon leur année de mise en vieillissement, précisée sur la contre-étiquette. Qu’est-ce qui a bien pu motiver un tel changement ?
Cela peut d’ailleurs porter à confusion du fait de la durée de vieillissement. Ainsi une bouteille mise en fut en 1964 n’a été commercialisée que 11 ans plus tard.

Aperçu via deux contre-étiquettes aux polices de textes différentes





Durant cette période la présentation a évolué, les ingrédients figurent désormais sur l’étiquette agrandie pour l’occasion, ainsi que la contenance et la mention "Chartreuse Diffusion". Il existe également des mignonnettes sur lesquelles l'année de mise en vieillissement est précisée.

La présence du sigle "Sécurité Sociale" sur certaines bouteilles permet de déterminer que cette période se poursuit au moins jusqu'en 1983, date à laquelle la loi sur ces cotisations sur les alcools est votée. Enfin les dernières bouteilles de cette période que nous avons pu constater étaient mises en foudres en 1975...

VEP 37,5cl

Les VEP sont traditionnellement conditionnées en litre et demi-litre, les bouteilles ci-dessus font exception avec leurs 37,5cl.
VEP au format peu conventionnel. Les contre-étiquettes différent, ce serait trop simple... (Merci à Marc pour les photos)


Ce sont des bouteilles de chartreuse classiques mais bouchées de liège et revêtues de cire. La contenance est surajoutée sur l'étiquette, on peut voir qu'il s'agissait de celle d'un litre de VEP. Serait-ce là les premiers modèles de demi-format de VEP ? Si non, on peut conjecturer un manque de bouteilles de 50cl.
(A suivre...)

jeudi 26 février 2015

Vieilles bouteilles de VEP (1)

Les V.E.P., jaunes et vertes, tiennent une place toute particulière dans la gamme Chartreuse : de part leur Vieillissement Exceptionnellement Prolongé elles en constituent le fleuron. Leur présentation jusqu’à dans le conditionnement traduit cela, mais lancées en 1963, comme celle des autres liqueurs elle a évolué. Cet article donne des précisions pour affiner cela, en illustrant le propos de photos de flacons. Il ne sera pas ici spécifiquement question des cuvées commémoratives qui constituent encore un cas à part (et sont par nature datées).

Précision quant aux éléments de datation d’anciennes VEP

L'évolution dans la présentation de ces vieilles bouteilles se traduit par des changements des mentions sur l'étiquette, de son design mais aussi, et c'est ce qui les caractérise, par les pratiques de datation sur la contre-étiquette. On distingue plusieurs périodes...

1963 / 1975 - Mise en bouteille en l'an...
Les VEP sont lancées commercialement en 1963, l’étiquette est alors d’un design épuré et les mentions y sont réduites à leur strict minimum : "LIQUEUR FABRIQUEE A LA GDE CHARTREUSE" et la signature de Dom Garnier.
Lors de cette période, on date les liqueurs selon leur année de mise en bouteille (cf. ci-dessous) et comme par la suite il n'est pas fait mention explicitement de la durée de vieillissement.
Plus tard, vont apparaître les mentions du tirage alcoolique et le "D" sur l'étiquette. On les retrouve sur celle de la cuvée réalisée pour les Jeux Olympiques de Grenoble en 1968 (mais ce n'est pas systématique pour le "D" !). Parfois elles figurent en sur-ajout, de couleur rouge ou noire.

Les VEP sont numérotées... la plupart du temps !

Avec la création de Chartreuse Diffusion en 1970, disparaît la mention à la Compagnie française de la Grande-Chartreuse...
Bref, lors de cette première période, comme aujourd'hui c'est l'année de mise en bouteille qui apparaît sur le flacon, mais par la suite cela va changer et ainsi compliquer un peu les choses…
(A suivre…)

dimanche 8 février 2015

The drunken botanist

“Le botaniste ivre” est comme son sous-titre l’indique consacré aux plantes qui entrent dans la recette de boissons alcoolisées du monde entier. La démarche se veut didactique, à la croisée de la botanique et du savoir-vivre.
 
L’auteur, Amy Stewart, y fait preuve d’érudition en décrivant une longue série de plantes, herbes et épices divers, énumérant leurs propriétés et leur usage appliqué au domaine du bar et des préparations alcoolisées.
 
Bien entendu il y est question de chartreuse, mais pouvait-il en être autrement dans un tel ouvrage ? La liqueur des Chartreux est évoquée à multiples reprises, via l’énumération de certaines espèces végétales mais également au travers de recettes. Elle est mentionnée aux entrées correspondant aux plantes suivantes :
Mais un plus grand nombre d’espèces sont décrites comme entrant dans la composition des liqueurs à base de plantes. Un ouvrage instructif et bien présenté, mixant culture et boisson.

Voir aussi :